La sectorisation du réseau d’eau potable de Sénéo

La sectorisation du réseau d’eau potable de Sénéo

Le réseau de distribution d’eau potable de Sénéo représente un linéaire d’environ 1000 km de réseaux de diamètres 40 à 1600 mm. Afin de pouvoir mettre en place une surveillance des fuites, Sénéo, accompagné de son délégataire SUEZ, a déployé la sectorisation sur son réseau. Ce projet a consisté à diviser le périmètre du syndicat en 17 secteurs hydrauliques.

 

Découpage du réseau de Sénéo en secteurs hydraulique :

 

Comment ça marche ?

La sectorisation consiste à diviser le réseau de distribution d’eau potable en différents secteurs hydrauliques pour lesquels grâce à l’installation de débitmètres et à la fermeture de vannes, il peut être établi des bilans en faisant la différence des volumes « entrants » et « sortants » à l’échelle de chaque secteur. C’est ce que l’on appelle le volume mis en distribution.

L’objectif est de distinguer les augmentations ponctuelles de volume mis en distribution liées à la consommation ou à l’apparition de fuites. Pour cela, au travers d’indicateurs de suivi de la performance via l’outil AQUA360 et grâce aux données de télérelève des compteurs d’eau qui remontent quotidiennement les consommations des abonnés, la sectorisation permet d’identifier le risque de fuites en comparant quotidiennement le volume mis en distribution et le volume consommé.

L’écart entre le volume mis en distribution et le volume consommé représente les pertes qui sont donc calculées au niveau de chaque secteur et qui sont dues aux défauts d’étanchéité du réseau ou aux casses de canalisations. Le but de la sectorisation est d’améliorer la réactivité des interventions de terrain en identifiant le plus rapidement possible les pertes et de prioriser les actions de recherche de fuites au niveau des secteurs présentant le plus de pertes.

En cas de suspicion de fuite sur un secteur hydraulique, une analyse plus fine à l’aide de capteurs acoustiques permet de localiser précisément la fuite.

 

 

Chiffres clés

  • 1000 km de réseaux de distribution d’eau potable
  • 17 secteurs hydrauliques
  • 50 débitmètres pour mesurer les volumes mis en distribution
  • 1500 capteurs acoustiques pour la recherche de fuites
  • Un rendement de réseau de 92 % en 2021 (ratio entre le volume consommé par les usagers et le volume mis en distribution)

 

Les bénéfices de la sectorisation :

  • Amélioration de la connaissance du fonctionnement du réseau d’eau potable avec un suivi en continu des volumes
  • Amélioration du rendement du réseau
  • Protection de la ressource en eau en réduisant les pertes
  • Meilleure qualité de service de l’abonné en identifiant et en réparant plus rapidement les fuites et en évitant ainsi qu’elles ne soient la cause de désordres impliquant des travaux importants.